1958

Ecole des Sables

Actualite

Ecole des Sables

Hors Les murs, un programme de formation de l’Ecole des Sables pour jeunes chorégraphes.

Hors Les murs permet la rencontre de jeunes chorégraphes avec des artistes confirmés pour les accompagner dans leur création. En partenariat avec la foundation Doen.

Chorégraphie et Composition musicale

du 30 novembre au 11 décembre 2015, Lomé, Togo

Accueilli et organisé par la Compagnie AskeDanse, de Raouf Tchakondo , chorégraphe et professeur de la technique Acogny, et dirigé par Fabrice Bouillon « LaForest », auteur compositeur et musicien, collaborateur de la Cie Jant-Bi depuis 2002, co-directeur artistique du collectif FAUN(es) et de la Compagnie Hors Surface (cirque/musique), ce stage a réunit 4 binômes chorégraphe/compositeur, venant du Tchad, du Nigeria, du Rwanda et du Togo, déjà engagés dans un travail commun ou dans la projection de le faire. Huit danseurs et danseuses de la Compagnie AskeDanse les ont accompagnés, en interprétant l’ensemble des formes courtes créées en cours de ce stage dont le but était de sensibiliser et d’accompagner la réflexion des stagiaires sur les nombreuses interactions possibles entre son et mouvement, musique et danse, chorégraphie et composition musicale. Pour les musiciens, il s’agissait de se former ou se perfectionner à la « lecture » de la danse, de se sensibiliser aux enjeux,  aux contraintes, aux particularités d’une création.

Pour le chorégraphe, l’enjeu était de comprendre la composition musicale comme un outil d’écriture du spectacle vivant, de développer sa conscience de l’impact du son sur le visuel, enrichir sa réflexion sur la place de la musique dans un spectacle chorégraphique, et d’affiner sa réflexion au sujet de la présence musicale sur un plateau de danse. Diverses méthodes de collaboration entre compositeur et chorégraphe y ont été explorées.

Fabrice Bouillon LaForest a témoigné avoir eu l’impression de « faire quelque chose de rare et de précieux : un focus, un vrai temps de travail, de réflexion et d’expérimentation, sur une relation artistique qu’on prend trop souvent pour acquise. Les journées sont riches et intenses : successions d’ateliers dirigés et de mini-créations qui nous servent de bases d’études, suivis de temps d’échanges entre nous tous, incluant les danseurs de la Cie AskeDanse. C’est une très belle dynamique. L’engagement de tous ainsi que la générosité des propositions (musicales autant que dansées) est sans aucun doute à la hauteur des standards de l’Ecole des Sables, à laquelle nous nous rattachons chaque matin par un cercle d’énergie ».

Coachings chorégraphiques

De Souleymane Ladji Koné (Burkina) par Sophiatou Kossoko (France) du 1er au 6 Décembre, Ouagadougou, Burkina Faso.

Cette expérience de coaching a été très enrichissante pour le danseur et chorégraphe Souleymane Ladji Koné, qui s’est dit très heureux de cet échange avec Sophiatou Kossoko dont le « regard extérieur simple et précis », lui a beaucoup apportés, « sur le fond et la structure de la pièce » qu’il élabore en ce moment Lego de l’ego.

Il a pu ainsi préciser ses intentions sur le mouvement, et préciser son propos. Sophiatou Kossoko l’a poussé à améliorer ses idées, textes, grâce à son regard extérieur. La nouvelle partie crée pendant cette résidence, sensible forte, douce et engagée, avec du texte, était un défi pour Souleymane Ladji Koné, qu’il a relevé et dont il est totalement satisfait. Sophiatou Kossoko l’a encouragé à amener ses mouvements jusqu’au bout, et a aussi ouvert d’autres possibilités d’écoute entre le chorégraphe-danseur et son musicien Erwann Bouvier. Souleymane Ladji Koné a été impressionné par la simplicité, et les qualités d’écoute de Sophiatou Kossoko qui a accompagné ses expressions gestuelles sans les changer, tout en le faisant travailler sur le fond du sujet. Ils ont aussi pu échanger sur la chorégraphie, au sens large, et quelques clés concernant l’administration lui ont même été livrées par la coach attentionnée.

 

De Babacar Top (Sénégal), par Régine Chopinot (France) du 04 au 12 janvier 2016, Dakar, Sénégal

L’objectif de ce coaching était de développer le solo de Babacar Top intitulé Dodeem – Douma deem, (il veut avancer mais en est empêché). A la base, une idée très claire de Babacar Top, exprimer les blocages ressentis dans la vie quotidienne. Régine Chopinot, qui a plus d’une cinquantaine de chorégraphies à son actif, s’est mise au service de Babacar Top, membre de la compagnie Jant Bi, danseur qu’elle estime tout autant performant en hip-hop, qu’en danse traditionnelle Ces deux lieux étaient complémentaires, d’après Régine Chopinot « Il fallait garder l’inspiration, la poésie de ce lieu, et l’adapter à un lieu frontal, plus traditionnel de théâtre ».

Ces séances de travail dans la cour de Issa Samb ont été filmées et photographiées par Ican Ramageli, et vont servir de support visuel pour que Babacar Top trouve d’autres lieux de résidence. Au terme de cette semaine d’échanges, Babacar Top estime que la création est quasiment terminée, mais que « la danse évolue avec les lieux, c’est comme une lumière qui les éclaire différemment à chaque fois ».

 

Afficher
Cacher