Jant-bi

Fagaala (2004)

Chorégraphie de Germaine Acogny et du Japonais Kota Yamazaki, pour 7 danseurs

 

“L’Afrique rencontre le Japon à travers la danse.”

Cette deuxième création de la compagnie Jant-Bi remonte à l’année 2000, lorsque Germaine Acogny fut touchée par l’une des premières fictions sur le génocide du Rwanda, écrite par le sénégalais Boris Boubacar Diop («Murambi, le livre des ossements»). Germaine Acogny s’est décidée à intervenir en tant que femme africaine et à agir avec les moyens d’expression qui lui sont propres (son corps et son impressionnant langage gestuel), afin d’élever la voix et d’interpeller les gens sur cette folie meurtrière existant depuis la nuit des temps. Arménie, Cambodge, la Shoah sont juste l’horreur conduisant au Rwanda. Avec sa création, Germaine Acogny a voulu se battre contre la peur, la haine et la vengeance, sentiments qui peuvent si facilement nous envahir.

 

Chorégraphie

Pour Germaine Acogny, il était depuis le début, évident de collaborer pour cette création avec un chorégraphe japonais, en tentant de mêler l’expression singulière du Butoh avec la danse africaine traditionnelle et contemporaine. Avec Kota Yamazaki, elle a trouvé la personne qu’elle recherchait. A Toubab Dialaw (Sénégal), au Centre International des Danses Africaines Traditionnelles et Contemporaines (l’Ecole des Sables), ensemble durant 3 mois avec 7 danseurs sénégalais, s’efforçant d’explorer les possibilités que leurs riches héritages culturels et gestuels ancestraux pouvaient leur apporter. Fagaala devint un ballet qui chante, parle, crie et danse, souvent dans un cadre surréaliste, créant des images de folie, de beauté, de poésie et d’espoir tout à la fois. Fagaala est l’expression par la danse de l’absurdité du génocide et de la tragédie du Rwanda, une évocation de la mort glaciale dans l’âme des survivants – victimes ou bourreaux – une tentative de résurrection dans la mémoire entière d’un peuple incrédule, un rituel de méditation au nom de l’humanité.

La “première” a eu lieu le 28 janvier 2004 aux Etats-Unis. Depuis, la création a tourné en Europe, aux Etats-Unis (3 fois), en Australie, au Japon et en Afrique.

Les deux chorégraphes ont reçu en 2007 un Bessie Award (le prestigieux New York Dance and Performance Award).

 

Equipe artistique

Les musiciens : Oumar Fandy Diop, Mamadou Traoré et Djibril Bà. Arrangement musical et composition : Fabrice Bouillon/Laforest. Création lumière : Horst Mühlberger. Scénographie : Maciej Fiszer. Costumes : Oumou Sy.

 

Galerie

 

Video

Afficher
Cacher