Germaine Acogny

Germaine Acogny est l'une des personnalités les plus connues de la scène africaine de la danse contemporaine, notamment dans le domaine de l'enseignement et du développement de la danse contemporaine en Afrique.

Sénégalaise et française, elle a participé de 1962 à 1965 à la formation à l'école de Simon Siegel (la directrice était Mme Marguerite Lamotte) à Paris et a obtenu un diplôme d'éducation physique et de gymnastique harmonieuse. Puis, elle a fondé son premier studio de danse à Dakar, en 1968. Grâce à l'influence des danses qu'elle avait héritées de sa grand-mère, un prêtre yoruba, et à ses études des danses traditionnelles africaines et des danses occidentales (classique, moderne) à Paris et à New York, Germaine Acogny a créé sa propre technique de danse africaine moderne et est considérée comme la "mère de la danse africaine contemporaine".

Entre 1977 et 1982, elle a été directrice artistique de MUDRA AFRIQUE (Dakar), créé par Maurice Béjart et le président et poète sénégalais Léopold Sedar Senghor. En 1980, elle a écrit son premier livre intitulé "Danse africaine", édité en trois langues. Après la fermeture de Mudra Afrique, elle s'est installée à Bruxelles pour travailler avec la compagnie de Maurice Béjart, où elle a organisé des ateliers internationaux de danse africaine, qui ont connu un grand succès auprès des étudiants européens. Cette même expérience s'est répétée en Afrique, à Fanghoumé, un petit village de Casamance, dans le sud du Sénégal. Des gens d'Europe et du monde entier s'y sont rendus.

Avec son mari, Helmut Vogt, elle a créé en 1985, à Toulouse, en France, le "Studio-Ecole-Ballet-Théâtre du 3è Monde".
Après avoir été absente de la scène pendant plusieurs années, Germaine Acogny la fait revenir comme danseuse et chorégraphe en 1987. Elle a travaillé avec Peter Gabriel pour un clip vidéo et a créé son solo "Sahel". D'autres chorégraphies suivent. Son solo "YE'OU", créé en 1988, tourne sur tous les continents et remporte le "London Contemporary Dance and Performance Award" en 1991.
In 1995, she decides to go back to Senegal, with the aim of creating an International Centre for Traditional and Contemporary African Dances: a meeting point for dancers coming from Africa and from all over the world and, a place of professional education for dancers from the whole of Africa with the aim to guide them towards a Contemporary African Dance. The construction of the Centre -also called “L’Ecole des Sables”- was achieved in June 2004. Although, since 1998, three-month professional workshops for African dancers and choreographers were organised every year. About 40 dancers from all over Africa met, exchanged and worked together each time.
En 1997, Germaine Acogny devient directrice artistique de la "section danse d'Afrique en créations" à Paris, poste qu'elle occupe jusqu'en septembre 2000. Pendant cette période, elle a été responsable du Concours de danse africaine contemporaine, une importante plateforme pour les jeunes chorégraphes africains.

"Le mouvement artistique dans lequel j'inscris mon propre travail, bien qu'enraciné dans nos traditions populaires, n'est pas un retour à nos racines. Au contraire, c'est un chemin très différent, résolument urbain et moderne, qui reflète le contexte dans lequel vit l'Afrique aujourd'hui, l'Afrique des bâtiments, l'Afrique des grandes contradictions internationales. Nous ne voulons pas subjuguer, déduire la danse noire. Nous voulons seulement qu'elle s'impose par son caractère propre dans la civilisation moderne et qu'elle prenne la place qui lui revient. Elle jouera alors pleinement son rôle d'animation et de réaction".

Germaine Acogny

En 2005, elle a été invitée comme régente à l'UCLA (Université de Los Angeles).
Son solo "Tchouraï", créé en 2001 et chorégraphié par Sophiatou Kossoko, a été présenté avec succès en tournée jusqu'en 2008. Elle l'a présenté en France (Théâtre de la Ville, Paris), en Allemagne, en Belgique, aux Pays-Bas, au Danemark, en Italie, aux États-Unis (New York, Chicago), au Brésil et en Chine (premier festival de danse contemporaine à Shanghai).
En 2003/2004, elle a créé la pièce "Fagaala", pour sa compagnie JANT-BI, basée sur le génocide au Rwanda. Elle a été co-chorégraphiée avec Kota Yamazaki/Japon pour 7 danseurs africains, une fusion entre le Butoh et les danses africaines traditionnelles et contemporaines. Il a déjà connu trois tournées très réussies aux États-Unis, et a été présenté en Europe, en Australie (Festival de Melbourne, Opéra de Sydney) et au Japon.
En 2007, elle et Kota Yamazaki ont reçu un BESSIE Award (New York Dance and Performance Award) pour "Fagaala".
Plus tard cette année-là, le grand défi était la partie chorégraphique de l'OPERA du SAHEL, une importante création africaine, initiée et produite par la Fondation Prince Claus en Hollande. Elle a été créée à Bamako en février 2007, suivie de représentations à Amsterdam et à Paris et d'une première tournée africaine en 2009.

En 2008, un autre travail chorégraphique a été organisé en collaboration entre la compagnie Jant-Bi (7 danseurs) et la compagnie Urban Bush Women (7 danseuses afro-américaines) de New York. Cette nouvelle création "Les écailles de la mémoire" a été créée par elle et Jawole Zollar, la directrice artistique de Urban Bush Women, et a connu un grand succès lors de plusieurs tournées aux États-Unis et en Europe. Sa création, le solo "Songook Yaakaar" a été présenté en première à la Biennale de la danse de Lyon en septembre 2010.

« 1 de 2 »
En 2014, le chorégraphe français Olivier Dubois a créé un solo pour Germaine Acogny "Mon élue noire - Sacre no.2" basé sur la musique originale du "Sacre du printemps". En 2015, sa nouvelle création en solo "Somewhere at the beginning", est sortie en collaboration avec le directeur de théâtre Mikael Serre, une création qui combine la danse, le théâtre et la vidéo. La première a eu lieu au Grand Théâtre de la Ville du Luxembourg en juin 2015. Elle continue à collaborer avec des écoles internationales et des centres de danse et donne régulièrement des master classes. A partir de janvier 2015, elle a confié la direction artistique de l'Ecole des Sables à son fils Patrick Acogny.

En 2020, Germaine Acogny et Helmut Vogt ont pris la décision de confier le rôle de direction artistique et de gardien de l'Ecole des Sables à deux de ses anciens élèves de confiance, également titulaires du diplôme de technique Acogny : Alesandra Seutin et Wesley Ruzibiza, pour travailler aux côtés de Paul Sagne, qui a travaillé et évolué au sein de l'Ecole des Sables pendant les 15 dernières années et qui a maintenant été nommé directeur administratif.

1999

Germaine Acogny a été décorée "Femme pionnière" par le ministère sénégalais de la famille et de la solidarité nationale.

Germaine Acogny received the "Chevalier de l'Ordre du Mérite", the "Officier des Arts et des Lettres" and the "Chevalier de l'Ordre de la Légion d'Honneur distinctions from the French Republic.

Elle est également honorée par la République du Sénégal avec les distinctions de "Chevalier de l'Ordre National du Lion" et "Officier des Arts et des Lettres".

2004

Germaine Acogny a reçu en 2004 une reconnaissance spéciale sous la forme d'une bourse de la Foundation for Contemporary Performance Art, New York.

2008

En 2008, le magazine africain "Jeune Afrique" a sélectionné Germaine parmi les 100 personnalités qui "font" l'Afrique.

2009

En 2009, elle a reçu la distinction de "Commandeur dans l'Ordre des Arts et Lettres" de la République française.

2012

En 2012, elle a reçu la distinction de "Commandeur des Arts et Lettres" de la République sénégalaise.

2016

En 2016, le magazine of Africa a sélectionné Germaine parmi les 50 intellectuels d'Afrique.

Le 25 mars 2016, Germaine a reçu la distinction d'"Officier de la Légion d'Honneur" de la République française.

2018

En 2018 - Prix international Elsa Wolliaston - Festival Danses et Continents Noirs.

Germaine Acogny reçoit un New York BESSIE Award pour sa performance exceptionnelle dans le solo "Mon élue noire-sacre # 2" et un Award for Lifetime achievements in the field of choreography, movement and dance from the Cairo International Festival for Experimental and Contemporary Theatre.

2019

En janvier 2019, Germaine Acogny a reçu le prix d'excellence de la CEDEAO (Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest), catégorie Arts et lettres.

2020

En 2020, Germaine Acogny est nommée Ambassadrice du Théâtre de la Ville de Paris pour la saison 2020/2021.

Facebook Twitter Instagram YouTube Pinterest WhatsApp
fr_FR